mercredi 1 avril 2009

Adieu Bernard

Je ne t'ai connu Bernard LANZA qu'à travers de ta plume.
Tu fais partie des êtres qui laisseront quelque chose dans mon coeur.
Pour ta manière d'écrire si humblement, si simplement, mais si magnifiquement tes passions coquines.
Pour ta gentillesse aussi et surtout pour l'émotion que tu savais si bien partager.
Tes mots resteront encore longtemps à se balader sur ma bouche





Éternel amoureux, tu côtoies maintenant nos illustres poètes.
Comme tu dois être heureux !...

Tu écrivais :
Ce vieux coeur

Pourquoi faut-il que ce vieux coeur
Cogne aussi fort qu'aux heureux jours ?
Faut-il encore croire au bonheur ?
Encore se dire que c'est pour toujours ?

Les années coulent, viennent les rides,
Mais le coeur est resté le même ;
Il insiste, et chaque fois décide,
Aimer demeure son seul problème.

Sans le bel amour qui nous obsède,
Que serions-nous, pauvres humains ?
A chaque appel du coeur, on cède...

Revient la valse des sentiments ;
On ne rêve plus que des lendemains,
Même si l'on délire, évidemment...

Gérard

1 commentaire:

Anonyme a dit…

C'est là un texte magnifique, une poésie exceptionnellepur parler simplement des choses essentielles.
Merci pour ces mots partagés et quelque part inoubliables.

Pierre Wattebled